Golden Globes Awards 2011 ou Hollywood en crise

On peut penser que ce genre de cérémonie n’a pas beaucoup de valeur artistique mais il rélève souvent la tendance du moment à Hollywood.

L’année 2010 a surtout marqué pour ses conversions en 3D réalisées à la va-vite pour attirer plus de public. Les studios ont probablement moins investi dans les films de la saison des récompenses.

Ma première surprise est le manque d’acteurs de premier plan dans les nominations, dans une soirée où Johnny Depp a 2 nominations (en comédie rassurez-vous), le niveau ne doit pas être bien haut.

La présentation par Ricky Gervais à elle seule vaut le détour, et on peut se demander si les producteurs oseront continuer dans cette voie. Ses vannes sur tout le monde (y compris le patron des Globes) font mouche, mais certains rient jaune. « Vous le connaissez pour Iron man, Kiss Kiss Bang Bang, mais aussi peut-être pour ses séjours en prison ou en désintox… » Les golden globes sont aussi l’occasion de regarder les progrès en chirurgie esthétique (message personnel à Nicole Kidman : « ça déconne, tu n’as plus d’expression au dessus du nez »).

L’hommage à Robert De Niro était attendu, mais un peu court. L’introduction de Matt Damon était drôle, le créditant pour le rôle de Fredo dans le Parrain 2, Tommy dans Les Affanchis ou celui de la prostituée de 13 ans dans Taxi driver.

Pas vraiment de suprises niveau résultats, Social Network gagne les catégories principales (Film, Réalisateur, Scénario, Musique), The Fighter second rôle féminin et masculin pour Melissa Leo et Christian Bale, la presse étrangère (les votants) ont récompensé Colin Firth pour the King’s Speech et Natalie Portman pour Black Swan dans la catégorie Drames, et Annette Bening et Paul Giamatti en comédie. Toy Story 3 est déclaré meilleur film d’animation, Boardwalk Empire meilleure série et meilleur acteur de série pour Steve Buscemi, Katie Sagal (aka Peg Bundy) meilleure actrice de série pour Sons of Anarchy et Jim Parsons pour The Big Bang Theory.

La première chose qui me saute aux yeux est qui montre que ce n’est pas une grande année : The Social Network est superbement réalisé mais un peu trop Hollywoodien à mon goût et finalement assez plat. Le scénario est peut-être intéressant au niveau formel mais le fond sonne creux à mes oreilles. The Fighter semble un peu plus original, mais le boxeur « has been » qui tente un retour ne sonne pas trop nouveau. La seule bonne nouvelle pour moi est la victoire de Natalie Portman pour un film qui semble un peu différent. Voir un film de Aronofsky nommé dans les catégories principales fait plaisir. Il est actuellement en production sur The Wolverine et si le film a du succès, on peut imaginer qu’il puisse avoir le contrôle créatif d’un prochain projet personnel.

Il me semble qu’Hollywood n’est pas encore sorti de sa crise créative, la victoire d’un film sur Facebook en est l’illustration criante, on perd déjà du temps à ne rien faire sur Facebook, perdons-en à regarder un film sur sa génèse et qui est à l’arrivée assez condescendant. La crise principale est celle des scénarios, les studios osent beaucoup moins investir dans des projets risqués qui nous faisaient rêver. Ils préfèrent miser sur des formules toutes faites, tout n’est que remake, suite et super-héros ou presque. Les grands réalisateurs des décennies passés ne sont plus trop dans le coup (De Palma prépare un préquel des Incorruptibles, Coppola est dans les petits films d’auteur et le dernier grand film de Spielberg date d’une douzaine d’années). Seul Scorsese arrive a faire ce qu’il veut, en partie grace à Léonardo Dicaprio qui attire sur son seul nom.

On en est déjà à deux séries de Batman en 20 ans (on pourrait  même dire trois), un remake de Spiderman est en cours, on a même eu droit à un remake fait la même année que l’original (quarantine), des remakes, suites ou prequels de The Thing, Evil dead, Total Recall, Alien, District 9, Superman entre autres sont annoncés. Spielberg prépare un Tintin (au secours), Peter Jackson travaille à Bilbo le Hobbit, James Cameron prépare une suite à Avatar.

Peut-être le Tree Of Life de Terrence Mallick remontera le niveau.

Il n’y a pas grand chose de motivant qui s’annonce, la suprise de 2011 viendra-t-elle des indépendants ? On peut l’espérer…

Comments
2 Responses to “Golden Globes Awards 2011 ou Hollywood en crise”
  1. GriZZ dit :

    Malheureusement c’est la triste vérité….le cinema « hollywoodien » pour ne pas dire « americain » en est a se modre la queue…. fini la créativité des 30 dernieres années et meme d avant..le probleme aussi c’est de ne pas trouver de « remplacents » a tous ces grands réalisateurs dans la nouvelle generation… si pe etre alors comme il est dit, dans le cinema independant , mais devenir « bankable » , au final, ca ne serai pas se mettre des barrieres ?

  2. Sylvie dit :

    Je trouve que c’est quand même important au point de vue des artistes. C’est leur heure de gloire. Comme tous les autres professions, ils ont le droit de se voir récompensés pour les efforts fournies. Mais je trouve que Johnny Depp est un grand acteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :