Le cinéma à 48 images/secondes

Le cinéma se tourne à 24 images par seconde depuis les années 20, ce standard fut normalisé à l’arrivée du son mais ce nombre n’est pas exempt de défauts. Durant les panoramiques rapides, l’image a tendance à montrer des artefacts. La caméra se déplacant vite, une impression de saute se fait sentir et notre cerveau ne créé pas aussi bien la continuité que sur des plans fixes ou moins rapides.

La solution : augmenter le nombre d’images au tournage ET à la diffusion. C’est là que les problèmes deviennent très compliqués. L’ère de la pellicule fixait les budgets au tournage et au développement (tourner à 48 imposait simplement des coûts doublés) et les projecteurs n’étaient pas faits pour diffuser à haute vitesse.
Au tournage, le temps d’exposition étant divisé par deux, les pellicules se devaient d’être beaucoup plus sensibles ou les éclairages doublés, encore une fois problème virtuellement insoluble à l’époque.
Dans les années 70, Douglas Trumbull (la séquence finale de 2001, c’était lui) militait pour le Showscan, système de son invention cadencé à 60 images secondes, mais les nombreux problèmes de coût et de diffusion ont empéchés son adoption par « l’industrie » .
Mais depuis l’explosion du cinéma numérique, un grand nombre de salles de cinéma sont équipés en projecteurs capables de diffuser jusqu’à 144 images par secondes (72 par oeil en 3D). Il ne manque plus que du programme à diffuser.
Depuis quelques mois, James Cameron propose une augmentation du nombre d’images. Georges Lucas et Peter Jackson sont arrivés indépendemment aux mêmes conclusions. Récemment au Cinemacon, le « King of the World » a présenté ses arguments en projettant des scènes tournées pour l’occasion en 3D ; en 24, 48 et 60 images par seconde et avec la même quantité d’éclairage. D’après les journalistes témoins, l’amélioration serait flagrante. Si vous êtes gamer, vous jouez déja à 50Hz ou 60Hz, voire plus sur PC, et c’est bien plus fluide que les films.
La bonne nouvelle pour les exploitants de salles (qui ont massivement investis dans les projecteurs numériques 3D),  une nouvelle standardisation ne nécessiterait qu’une mise à jour logicielle du matériel. Voilà qui pourrait rassurer à un moment où les studios annoncent une disponibilité des films sortis en salle environ 3 semaines après à domicile pour 30$ la location en VOD. Inutile de dire que les diffuseurs étaient furieux à cette annonce, ils viennent d’investir des centaines de milliers de $ pour passer au digital et voilà qu’Hollywood semble les retirer de la distribution… Mais c’est un autre débat.

Peter Jackson sur le tournage de « The Hobbit » (image : Coming Soon)

L’info est tombé ces jours-çi, le diptyque The Hobbit, adaptation de « Bilbo the Hobbit », est tourné en 3D à 48Hz. Avatar 2 sera certainement tourné à 48 ou 60. Le choix entre les deux n’est pas encore finalisé, une concertation entre les professionnels du secteur devraient avoir lieu prochainement.

Je pense que je vais attendre avant d’acheter mon écran 3D…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :